Lettre d'une mère à une autre mère
après le journal télévisé de RTP1 (Portugal) 
 

Chère Madame,

clicJ'ai vu votre protestation énergique devant les caméras de télévision contre le transfert de votre fils de la prison de Porto à la prison de Lisbonne. Je vous ai entendue vous plaindre de la distance qui vous sépare désormais de votre fils et des difficultés que vous avez à vous déplacer pour lui rendre visite. J'ai aussi vu toute la couverture médiatique faite par les journalistes et reporters sur les autres mères dans le même cas que vous et qui sont défendues par divers organismes pour la défense des droits de l'homme, etc.

Moi aussi je suis une mère et je peux comprendre vos protestations et votre mécontentement. Je veux me joindre à votre combat car, comme vous le verrez, il y a aussi une grande distance qui me sépare de mon fils. Je travaille mais gagne peu et j'ai les même difficultés financières pour le visiter. Avec beaucoup de sacrifices, je ne peux lui rendre visite que le dimanche car je travaille tous les jours de la semaine et aussi le samedi et j'ai également d'autres obligations familiales avec mes autres enfants.

Au cas où vous n'auriez pas encore compris, je suis la mère du jeune que votre fils a assassiné cruellement dans la station service où il travaillait de nuit pour pouvoir payer ses études et aider sa famille. J'irai lui rendre visite dimanche prochain. Pendant que vous prendrez votre fils dans vos bras et que vous l'embrasserez, moi je déposerai quelques fleurs sur sa modeste tombe dans le cimetière de la ville.

Ah, j'oubliais… vous pouvez être rassurée, l'état se charge de me retirer une partie de mon maigre salaire pourploc payer le nouveau matelas de votre fils puisqu'il a brûlé les 2 précédents dans la prison où il purge sa peine pour le crime odieux qu'il a commis. Pour terminer, toujours comme mère, je demande à tout le monde de faire circuler mon courrier, si intime qu'il soit. Nous parviendrons ainsi peut-être à arrêter cette inversion des valeurs humaines.

Les droits de l'homme ne devraient s'appliquer qu'aux hommes droits.


• Si tous les états du monde entier voulaient bien1… > Un diaporama intéressant

1. On parle des vrais coupab', pas de ceux qui moisissent par erreur au fond du trou à cause que la Justice s'est encore trompée en plein dans le mille. Bien entendu.

 
< 1 - < 2 - < 3 - < 4 - < 5 - < 6 - < 7 - < 8 - < 9 - < 10 - < 11 - < 12 - < 13 - < 14 - < 15 - < 16 - < 17
< 18
< Diggles >
esp
19 >
esp
 
 

Retour début Charlzes T. Diggles n'est pas content